top of page
  • Photo du rédacteurDay-Mikes

Emei Shan, de bas en hauts!

Dernière mise à jour : 4 mars 2022

Brouillard, singes et dépassement de soi...


Autant le dire tout de suite : ce trek sur l’Emei Shan n’a pas été immédiatement un feel good memory. C’est venu avec le temps !


En effet, c’est sans aucun doute le trek le plus difficile que j’ai eu à effectuer. Entre les 66000 marches et les 1800m de dénivelé effectués en 2 jours, j’étais loin de ma zone de confort !



Le cadre était cependant très agréable : des petites cascades dans une jungle fournie, des singes malicieux (attention aux poches… et à la morsure), 2 nuits dans des temples bouddhiques auprès de moines (photo ci-contre)… La nature est là pour vous rappeler qu’elle a beaucoup de choses à vous offrir. Et notamment un lever de soleil magnifique au sommet de la montagne, parmi les 5 Monts Sacrées bouddhistes en Chine. Mais pas question d’avoir ce lever de soleil servi sur un plateau : il faudra donner de sa personne pour l’admirer!




C’est ainsi que, collégialement avec les jeunes, nous avons pris la décision de faire sonner nos réveils à minuit pour atteindre le sommet à temps pour voir le soleil inonder l’horizon. Que ce fut difficile…


Tant pour le corps (je n’étais clairement pas habitué à ce type d’effort physique), que pour la tête (mon égo a été touché quand je voyais impuissant des enfants de 6 ans me doubler dans l’ascension finale) !




L’arrivée au sommet était un vrai soulagement. Et pourtant je n’étais pas au bout de ma frustration : un brouillard épais bloquait les rayons du soleil, nous ôtant l’espoir d’observer un lever de soleil qu’il faudra simplement imaginer (la photo ci-contre hante encore parfois mes nuits 😭)…


Néanmoins, je garde de cette expérience un tel sentiment de réussite, de dépassement de mes limites, d’immersion et de communion avec la nature, elle-même faisant une nouvelle fois démonstration de sa toute puissance face à la volonté humaine.


Surtout, je me remémore les longues discussions tout au long du chemin avec les jeunes, des moments qui nous ont rapprochés, soudés, comme seules les épreuves peuvent le faire en colo (je vous invite à lire le Paroles de Jeunes avec Malaury pour en savoir plus 😏). Des échanges tantôt joyeux, tantôt passionnés, tantôt touchants, mais toujours sincères et respectueux. Cela m’a conforté dans l’idée que les jeunes ont énormément de choses à apporter à notre monde. Et c’est peut-être ce point précis qui fait de cette aventure sur l’Emei Shan l’un de mes plus impérissables souvenirs…




Comments


bottom of page