top of page
  • Photo du rédacteurDay-Mikes

PAROLES DE JEUNES: Malaury, la Chine et les rizières...

Les colos, ceux qui en parlent le mieux, ce sont les jeunes! Alors autant écouter ce qu'ils ont à nous raconter... On commence cette section Paroles de Jeunes avec Malaury, 26 ans, basée à Bordeaux.


Day-Mikes: Peux-tu s'il te plait resituer notre rencontre?

Malaury: Nous nous sommes rencontrés pour un voyage en Chine, dans le cadre d'une colonie de vacances de 3 semaines durant l'été 2012.


Quel souvenir as-tu de ce pays que nous avons découvert ensemble?

Alors que la plupart des jeunes font l'expérience de la colonie enfants, au ski et sur le dos d'un cheval, j'ai effectué ma première colonie sur le tard, à l'âge de 15 ans. Après un Paris Aventure, direction le Kenya rien que ça. Après ça ce sont enchaînées de nombreuses destinations, toujours accompagnée de mon acolyte de voyage, Emma, rencontrée au Kenya. Pour la petite histoire, pendant notre colo en Turquie un an après, ma mère était en train d'organiser notre déménagement et m'annonçait que j'allais rentrer en seconde dans le même lycée que Emma. Rencontrées au bout du monde et réunies dans la vie quotidienne, hasard de la vie...


"J'ai préféré faire le choix audacieux de l'aventure chinoise avec l'envie de sortir des sentiers battus et de confronter à cette culture inconnue l'adolescente de 17 ans que j'étais !"

Malaury jouant à cache-cache lors d'une pause durant l'ascension de l'Emei Shan
Malaury jouant à cache-cache lors d'une pause durant l'ascension de l'Emei Shan

Des années à effectuer 2 colonies par an (1 semaine aux vacances de février et 3 semaines pendant l'été). Je remercie encore ma mère pour m'avoir poussé à partir la première fois. Ces moments de

découverte loin du quotidien, de partage entourés d'autres jeunes de mon âge et d'animateurs bienveillants m'ont fait grandir. Entre l'âge de 15 ans et la majorité, j'ai ainsi eu l'immense chance de parcourir plusieurs continents à travers le Kenya, la Turquie, l'Islande, le Sénégal, le Canada et enfin -l'apothéose de tous ces voyages- la Chine. Alors que la plupart de nos amis rencontrés au fil de nos colos faisaient le choix du continent américain, j'ai préféré faire le choix audacieux de l'aventure chinoise avec l'envie de sortir des sentiers battus et de confronter à cette culture inconnue l'adolescente de 17 ans que j'étais ! Et je n'ai jamais regretté ce choix. Ce fut la meilleure colo de toutes. Et les souvenirs restent gravés dans ma mémoire, même 9 ans après.


"Les colos sont des moments de vie hors du temps, hors du quotidien, faits de découvertes et de rencontres qui m'ont fait grandir et profondément marqué !"

Le premier souvenir, avant même de toucher le sol chinois, fut le petit dej servi dans l'avion, trop chinois ou pas assez français pour nos petits estomacs fragiles, puis un atterrissage mouvementé. Ma première rencontre avec Hong Kong a été compliquée, tout comme la chaleur moite de la ville et le bus dans les virages pour atteindre un magique point de vue sur la ville: le Pic Victoria. Mais ce fut vite oublié après la rencontre avec le groupe et les animateurs, mon premier canard laqué et un bubble tea sur le marché nocturne du quartier Mong Kok. L'aventure pouvait commencer !


La skyline de Hong Kong
La skyline de Hong Kong

Après toutes ces années, on pourrait croire que mes souvenirs sont flous mais pas du tout. Les colos sont des moments de vie hors du temps, hors du quotidien, faits de découvertes et de rencontres qui m'ont fait grandir et profondément marqué ! La colo en Chine a duré 3 semaines durant lesquelles nous avons découvert différentes facettes de ce pays. Ce voyage itinérant nous a emmené de Hong Kong à Pékin en passant par Xian, Chengdu, les rizières de Yangshuo et bien sûr la Grande Muraille, par tous les transports possibles: en avion, bus et train couchette! Les trains couchette, quelle aventure... La rencontre avec de jeunes chinois dans notre wagon mais aussi les soupes de pâtes sèches à préparer au micro-onde en guise de petit-déjeuner... Quel souvenir!


Malaury plongeant (volontairement 😛?) dans la rivière Li, vers Yangshuo
Malaury plongeant (volontairement 😛?) dans la rivière Li, vers Yangshuo

Ce voyage restera gravé dans ma mémoire. A l'époque cette colo m'a permis de découvrir un pays que très peu de personnes dans mon entourage avait eu la chance de découvrir, un peu hors des sentiers battus: je me suis sentie privilégiée. Je n'avais que des idées reçues sur la culture et le peuple chinois, cette colo itinérante m'a permis de découvrir des réalités différentes dans cet immense pays !


As-tu une anecdote, une aventure ou une mésaventure qui t’est arrivée sur cette colo?

La plus grande (més)aventure de mon séjour, je l'ai vécu avec Day-Mikes. En pleine balade à vélo avec tout le groupe dans les rizières (Yangshuo, région du Guangxi), les arrêts pour déraillement ou crevaison étaient fréquents.

Alors que nous étions en train de discuter avec Day de nos vies et voyages passés, nous nous sommes arrêtés pour attendre une autre mono. Nous repartions donc en queue de peloton et, absorbés dans notre discussion, nous ne sommes pas aperçus que notre groupe avait emprunté le pont sans nous attendre. Nous continuions donc à avancer et nous enfoncer dans des routes menant à des villages reculés, jusqu'à faire demi-tour après nous être rendu compte que nous avions perdu le groupe (selon Day-Mikes, c'est le groupe qui nous a perdus 😂). Ne cédant pas à la panique et n'arrivant à contacter ni le groupe ni les équipes supports basées en France, nous décidions de nous installer dans d'un petit café boui-boui en bord de rizière...


Un être humain, un vélo, plusieurs histoires 🤫...
Un être humain, un vélo, plusieurs histoires 🤫...

Le moment fut magique, notamment grâce à la rencontre avec le propriétaire chinois ne parlant pas un mot d'anglais et intrigué par nos couleurs de peau! On s'installa donc, j’offrais un coca à Day (tu m'as toujours pas remboursée, non 😉?). Le temps fila à toute vitesse, jusqu'à ce que finalement l'équipe support en France nous indique la position du groupe.



Après une belle balade dans les rizières, seuls au monde, on arriva donc auprès du groupe accueillis comme des vainqueurs. Un des souvenirs les plus marquants de mes colos !!!


"L'envie de vivre un séjour éco-responsable a guidé ce voyage et cela était un grand plus pour moi dans le choix de cette colo."

À noter que je me suis quand même perdue une deuxième fois en Chine... La fois suivante était lors du premier jour d'ascension de l'Emei Shan. Alors qu'on était tous dans le bus censé nous déposer un peu plus haut, une partie du groupe voulait commencer l'ascension sur la marche zéro. Quelle belle idée on a eu! On s'est perdus dans la montagne, avons fini l'étape dans l'obscurité et sommes arrivés au temple à la nuit tombée! Et à la clé, un délicieux bol de riz sauce soja...



Quelques unes des 66000 marches menant à l'Emei Shan, où il semble facile de se perdre visiblement...
Quelques unes des 66000 marches menant à l'Emei Shan, où il semble facile de se perdre visiblement...

Comment as-tu vécu ce séjour avec l'équipe d'encadrants sur place?

Cette dernière colo a été l'apothéose : le pays, le groupe, les moniteurs. Toutes les planètes étaient alignées. Âgée de 17 ans, je me suis sentie considérée comme une personne mâture et responsable.

Contrairement à d'autres colos, on avait la confiance des monos, tout le monde était bienveillants et avait la soif de découvrir ce magnifique pays. L'équipe de monos a super bien fonctionné, tout le monde s'est senti intégré et a pu profiter à fond (le chapeau chinois typique, plutôt encombrant lors du retour en avion, est encore accroché dans ma chambre). L'envie de vivre un séjour éco-responsable a guidé ce voyage et cela était un grand plus pour moi dans le choix de cette colo.


Petit acte manqué à la fin cependant, après un vote du groupe, les animateurs avaient accepté de faire une escapade sportive le long d'une section sauvage de la Grande Muraille. Le destin en a décidé autrement, des travaux étant en cours. Nous voilà donc installés sur des télésièges afin d'atteindre la partie la plus connue mais tout aussi magnifique de la Grande Muraille. Alors autant aller au bout de l'expérience touristique à défaut de l'expérience authentique: nous descendrons la Muraille sur des luges d'été. Que d'émotions et de rires !



"Ayant commencé dès l’âge de 15 ans par des voyages à l’autre bout du monde grâce à mes nombreuses colonies, je me rends compte aujourd’hui que je n’ai que peu exploré la France. Je profite donc du contexte Covid pour voyager en Aquitaine, Pays Basque, Vendée, Bretagne, Corse, etc."

Est-ce que tu referais ce séjour ou repartirais dans ce pays?

Je garde un si bon souvenir de ce séjour que je repartirais les yeux fermés! A ce propos, merci de m’avoir fait repenser à ces beaux instants, ça m’a émue, ça me paraît à la fois si loin et si proche 😁... Je me considère comme extrêmement chanceuse d’avoir pu découvrir la Chine en 2012 du haut de mes 17 ans, ce souvenir restera ancré en moi. J’espère bien repartir là-bas, en voyage ou dans le cadre du travail afin de découvrir encore d’autres facettes de ce pays immense et si riche. Je n’hésiterai pas à t’envoyer un message quand ça arrivera!


Malaury, vivant sa meilleure vie à Bordeaux 😜!
Malaury, vivant sa meilleure vie à Bordeaux 😜!

Et sinon, que deviens-tu depuis notre colo ensemble?

Depuis maintenant 9 ans, des choses se sont passées. J’ai pas mal bougé pendant mes études, entre Bordeaux, Lille, Sydney et Paris. Après 2 ans sur Paris, je viens de revenir au bercail et travaille en conseil financier sur Bordeaux. Le Covid ne m’a pas permis de partir travailler à l’étranger comme prévu cette année, mais l’opportunité de mon Graduate Program est toujours là et je compte bien décoller pour l’étranger d’ici début 2023. Objectif : le continent américain, New York, Montréal, on verra ce que me réserve l’avenir !


Quel est ton prochain voyage prévu ou en réflexion?

Je dois dire que ces années Covid m’ont permis d’adopter une vision différente du voyage. Ayant commencé dès l’âge de 15 ans par des voyages à l’autre bout du monde grâce à mes nombreuses colonies, je me rends compte aujourd’hui que je n’ai que peu exploré la France et les alentours. Je profite donc du contexte Covid pour voyager ici, en Aquitaine, Pays Basque, Charente, Vendée, Bretagne, Corse, Provence, etc. Je parcours et apprends à apprécier la France et ses beaux paysages. Même si je dois dire que l’arrivée dans un pays étranger me manque, ce moment où tu te confrontes à une autre culture, d’autres habitudes et apprend à t’y adapter. Alors des envies j’en ai. Le rêve New Yorkais se dessine et sinon à plus court terme, les pays européens de l’est que j’aimerais découvrir.


Un dernier souvenir de Day avant de nous quitter?

Evidemment il s’agit de notre moment dans les rizières. Je pense que c’est l’anecdote que j’ai le plus ressortie de ma vie !!



Merci à Malaury d'avoir accepté cet interview! Souhaitons-lui de nombreux voyages aussi sympas que celui en Chine!
Merci à Malaury d'avoir accepté cet interview! Souhaitons-lui de nombreux voyages aussi sympas que celui en Chine!

Комментарии


bottom of page